Témoignages

  • Aide
  • Recherche
  • RSS
  • Google +
  • Facebook
  • Twitter
ISA BTP - Ecole d'ingénieurs du BTP

Contact entreprises

Responsable des relations avec les entreprises

 

Vincent LEFORT

vincent.lefort@univ-pau.fr (vincent.lefort @ univ-pau.fr)

Tél : 05.59.57.44.83

Planning des Stages 2017-2018

A télécharger

PDF
Vous êtes ici :

Témoignages

2013-2014 : Stage ouvrier de 2ème année au Chili

Ximun Lastiri, élève en 2ème année à l'ISABTP, en stage à Osorno au Chili (février-mars 2014), témoigne de cette expérience :

J’ai eu la chance de réaliser mon stage de deuxième année au Chili.

J’ai passé deux mois dans l’entreprise CINEL à Osorno, ville de 160.000 habitants à 1000km au sud de Santiago. En tant qu’ouvrier j’ai participé activement à un chantier de gros œuvre où j’ai pu observer des techniques de construction différentes de la France. Le Chili est le  pays le plus sismique du monde, les ouvrages sont donc calculé différemment. La quantité d’acier est beaucoup plus importante qu’en France ce qui peut entrainer des problèmes au niveau de la mise en œuvre. En plus de découvrir une culture différente de la culture européenne, ces deux mois de stage au Chili m’ont apporté une vision plus large du BTP et j’ai pu par la même occasion améliorer mon espagnol. 

Ce court aperçu du pays ne m’a donné qu’une seule envie : retourner au Chili. C’est pourquoi j’espère pouvoir effectuer ma troisième année d’étude à l’université INACAP à Valparaiso.

 

2009-2010 : Expérience au Chili

(extrait Lettre ISA BTP n°6)

Régis Haget, étudiant en 5ème année, est parti réaliser son second semestre de 4ème année au Chili.

Accompagné de quatre camarades, il a passé cinq mois dans l'université INACAP à La Serena.  

Comment s'est passée ton intégration au Chili ?

L’accueil fut très chaleureux puisque le lendemain de notre arrivée, nous étions conviés à un petit-déjeuner, afin de nous présenter les différents dirigeants de cette université technologique. Tout au long du séjour, le dialogue était permanent entre la direction de notre année d'études et nous-mêmes. L’intégration au niveau de l’université se passa donc dans les meilleures conditions aussi bien sur le plan humain que matériel.  

Comment s'est déroulée ton semestre, quels ont été les points forts ?

A notre arrivée, nous avons choisi les cours qui correspondaient le mieux à notre programme d’études de 4ème année. Ces cours étaient à la fois techniques (construction bois, topographie…), et juridiques (construction en hauteur, installation de réseaux d’assainissement…). L’ensemble était régi par les normes et matériaux chiliens. La majeure partie de ces cours était assurée par des professionnels. L’échange d’expériences était donc très présent entre l’enseignant et les élèves.

Par ailleurs, sur mon temps libre, je me suis porté volontaire à l’alliance française pour apporter mon aide à des professeurs chiliens enseignant le français. Cette activité m’a permis de rencontrer des personnes de milieux différents mais aussi des français domiciliés à La Serena. Grâce à ces contacts, nous avons eu l’opportunité de partir dans le Sud pour aider des bénévoles dans la construction de maisons en bois pour des familles touchées par le tremblement de terre. Ce fut un moment très fort pour moi que de voir une telle solidarité et unité du pays face à cette catastrophe.

Avec des moyens limités, cadres, ouvriers et étudiants chiliens et français participaient à cette action en sacrifiant leur temps libre et toujours dans la bonne humeur.  

Quel bilan fais-tu de ton expérience au Chili ?

Le bilan de cette expérience est plus que positif puisqu’elle m’a permis de recevoir une belle leçon de vie venant de gens simples, disponibles et solidaires…

 

Une expérience britannique en 2005-2006

(extrait de la lettre de l'ISA BTP n°2)

Yann ROUZIER a effectué son stage de 4ème année du 8 mai au 31 août 2006 dans la société PILING SOLUTIONS, filiale en Grande Bretagne de SPIE FONDATIONS.

Yann, quelles furent tes missions lors de ce stage ?

J'ai effectué le suivi de divers chantiers en m'attachant notamment à la gestion qualité. Les chantiers auxquels j'ai participé se situaient près de Newcastle et de Londres. J'ai par ailleurs travaillé en bureau au siège de la société près de Bath. J'étais en contact régulier avec mon responsable, un ingénieur français de SPIE FONDATIONS.

La spécialité de Piling Solutions consiste en la réalisation de pieux notamment les pieux forés à la tarière creuse et les pieux forés-tubés pour des ouvrages tels que des ponts ou des murs de soutènement par exemple.

Comment s'est faite ton insertion sur le plan technique ?

Les tâches sont très hiérarchisées dans ce type d'entreprise et si j'ai eu assez peu de responsabilités par comparaison avec un chantier français. J'ai néanmoins bien assimilé la résolution des points techniques du chantier.

Et sur le plan linguistique ?

Mon niveau de départ en anglais n'était pas très bon et je reviens avec de nets progrès. J'ai appris en particulier à ne pas avoir peur de parler. J'ai ainsi pu être très bien accepté par les personnels du chantier.

Quel conseil peux-tu donner à la suite de ce stage ?

Je crois qu'il ne faut pas hésiter à s'exporter même si par la suite ce ne sera pas forcément pour moi en Grande Bretagne. Faire l'effort de s'exprimer dans une autre langue, c'est apprendre à s'ouvrir et à s'intégrer. En tous cas pour moi ce stage m'a conforté dans l'idée de partir à nouveau.

 

Florent BOUSQUET en Finlande en 2004-2005

(extrait de la lettre de l'ISA BTP n°1)

Florent BOUSQUET a effectué son deuxième stage de 4ème année en Finlande.

Florent a rejoint l'ISA BTP à l'issue de son DUT de génie civil obtenu à Toulouse en 2003. C'est la première fois qu'un étudiant de l'ISA se rend en stage dans ce pays du froid.

Pourquoi ce stage ?

En fait, je cherchais un stage en bureau des méthodes car j'avais déjà expérimenté la fonction de conducteur de travaux et je voulais ainsi accroître ma découverte du milieu professionnel. Mais qui dit "méthodes" dit en général "grand groupe". Je me suis adressé à Bouygues TP qui avait un besoin en Finlande sur le site de construction d'une centrale nucléaire. Je suis arrivé au bon moment et au bon endroit. Cependant, mon orientation est plutôt "bâtiment" et je me suis retrouvé sur un chantier de travaux publics.

Cela faisait-il partie d'un challenge ?

Ce fut un challenge du fait d'abord de la méconnaissance que j'avais de ce pays certes situé en Europe mais encore si loin de nous par sa langue et sa culture. Néanmoins, tous les échanges avec les finlandais ou les étrangers sur le site se faisaient en anglais. Cela dit la majorité du personnel était français. Par ailleurs, le groupe Bouygues représentait pour moi une inconnue précédée d'une réputation de rigueur et de qualité.

Quelles impressions majeures en retires-tu ?

Celle d'abord d'une organisation de travail parfaitement définie et de moyens mis en oeuvre tout à fait surprenants. La structure d'un tel chantier se rapproche fortement de celui d'une entreprise à part entière. La pluralité des services en atteste. J'ai rencontré par ailleurs des personnels qui avaient travaillé sur d'autres grandes réalisations comme le métro de Sydney ou celui du Caire. J'ai découvert enfin la vie d'expatrié, passionnante mais exigeante. Ce stage fut pour moi l'occasion de m'ouvrir sur le monde et sur le caractère international des grands travaux. J'ai fait le bilan de mes lacunes surtout en anglais. Mais je veux les surmonter pour envisager plus sereinement d'autres expériences à l'export !